L’interview Melchior & Balthazar !

Je ne suis pas peu fière aujourd’hui de publier l’interview que j’ai faite la semaine dernière de Damien Philipot (à droite sur la photo), l’un des créateurs de notre huile d’argan préférée : celle de Melchior & Balthazar.

Alors en regardant l’image de Une, vous allez me dire : quel est le rapport entre Damien et… le vélo (il fait le Paris-Roubaix à une vitesse moyenne de 43,6 km/h ? Il va chercher en tricycle ses matières premières à l’autre bout du monde ? Il graisse sa chaîne de vélo avec de l’huile d’argan ?…) ???

Alors pas tout à fait… (nan ?? C’est vrai ??) C’est juste qu’on s’est retrouvé, pour faire l’interview, au 41 rue de Citeaux, dans le 12ème (je vais quand même préciser que c’est à Paris, ce qui va de soi… pour les Parisiens mais pour les autres, ce n’est peut-être pas superflu !). C’est un café-atelier de réparation de vélos, en fait. Le concept est un peu surprenant, je vous le concède mais le lieu est vraiment sympa, très clair, avec un mélange de matières brutes pour la déco et j’avoue que c’était idéal pour notre entrevue.

 

Jour de vélo interview Melchior & Balthazar biotifullpeople 0

Damien est arrivé avec sa boîte à malices sous le coude dans laquelle il y avait plein de trucs qui font que, quand on est une fille, on pousse des cris de joie en tapant des mains (Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!), et notamment des échantillons du sérum et de la crème aux baies de Goji qui ne sont pas encore sur le marché (rhooooooo !) ainsi qu’une des bougies de la marque, Encens charnel, dont les notes ambrées sentent vraiment super bon.

 

Bougie encens charnel Melchior & Balthazar interview biotifullpeople

 

Après avoir vu le dossier de présentation de la nouvelle gamme aux baies de Goji (avec plein de chouettes slides et de listes INCI comme j’aime car, comme vous le savez, j’aime les listes INCI…), nous sommes passés à l’interview !

Biotifullpeople : Bonjour Damien ! Hihihihihihi… (rire très bête de ma part, parce que ça faisait une demi-heure que Damien et moi discutions de nous (un peu) et de ses produits (beaucoup), donc je me sentais un peu débile de commencer mon interview par « Bonjour ! »). Vous êtes le co-créateur de la marque Melchior & Balthazar, avec votre frère Simon (je me suis également dit que le vouvoiement ferait plus pro…)Vous avez choisi ce nom parce que « Rois mages » rime avec « voyages » ? J’ai en effet cru comprendre que les voyages étaient un des éléments importants de votre parcours…

Damien : Oui, tout à fait ! L’idée des rois mages, c’est de parcourir le globe à la recherche des plus beaux trésors. Nous sommes comme des explorateurs de beauté ; on identifie des terroirs et ensuite, on part à la découverte de ces régions-là pour aller tirer le meilleur des productions que l’on puisse rencontrer en visitant différents fabricants, ce qui nous permet de maîtriser en amont le circuit d’approvisionnement des matières premières. C’est une composante importante pour notre marque. La transparence est essentielle pour nous ; il nous paraît déterminant que le consommateur puisse savoir d’où vient cette matière première et potentiellement aussi puisse s’identifier ou même nous suivre dans ces excursions qui réservent parfois beaucoup de surprises.

Biotifullpeople : Peut-on dire que c’est au cours d’un voyage qu’est née l’envie de vous lancer dans les cosmétiques ou alors au contraire, êtes-vous partis avec l’idée de créer une marque de cosmétiques ? (tu as vu un peu la pertinence des questions ??)

Damien : Je dirais que c’est plutôt lors d’un voyage au Maroc qu’on a commencé à se prendre au jeu. On a visité toutes les coopératives et on en a rapporté des échantillons qu’on a présentés ensuite à notre entourage en France. On a alors compris que nous avions trouvé une huile particulière qui n’avait pas forcément d’équivalent sur le marché. De là est né le défi de créer une marque autour de cette recherche de l’exception.

Biotifullpeople : Vous vous lancez alors qu’en fait, votre formation, à votre frère et vous, n’a rien à voir avec les cosmétiques ? 

Damien : Non, on est plutôt issus de domaines scientifiques.

Biotifullpeople : C’est quand même drôle, ce choix de deux garçons qui se disent un jour : « Tiens, si on se lançait dans l’huile végétale cosmétique !  » alors même que ce n’est pas du tout votre domaine. Et que vous ayez été sur la même longueur d’onde en plus ! L’un de vous aurait pu dire à son frère : « C’est quoi cette idée dingue ? Laisse tomber, ce n’est pas pour nous… »

Damien : Oui, c’est assez surprenant sur le papier. Mais il est vrai que l’expérience professionnelle qu’on pouvait avoir, nos études, nous ont permis d’avoir les compétences nécessaires pour mener à bien notre projet.

Biotifullpeople : Quelles sont justement les compétences que vous avez pu exploiter pour lancer votre marque ? Vous vous y connaissiez en chimie ? Parce que pour élaborer une crème, il faut maîtriser un peu les molécules, non ? 

Damien : Mon frère est plutôt dans la maîtrise de l’informatique, le design, la création des packagings et mon domaine, c’est plutôt le côté médical, la chimie, ce qui touche à la pharmacovigilance, éléments qui sont essentiels pour le secteur de la cosmétique. On a donc deux profils qui se complètent bien.

Biotifullpeople : Et j’imagine que l’huile d’argan, quand vous êtes arrivés au Maroc, ça a été un vrai coup de coeur, une rencontre particulière pour que cela vous donne l’impulsion de vous lancer ?

Damien : Oui, c’est un produit qui est effectivement assez connu mais qui s’inscrit bien dans le projet de la marque de faire redécouvrir des matières premières, de les valoriser. C’est aussi une rencontre particulière avec les femmes de la coopérative avec laquelle nous travaillons et notamment la doyenne et la présidente avec qui on est en contact. En tout, il y a soixante douze femmes qui travaillent là-bas et notre idée, c’était aussi de mettre en avant leur production et leur manière particulière de la préparer.

Biotifullpeople : Mais en quoi votre huile d’argan est-elle différente de toutes les autres huiles sur le marché parce que c’est quand même un ingrédient très courant en cosmétique et déjà exploité par de nombreuses marques ? Pourquoi achèterait-on l’huile Melchior & Balthazar plutôt que celle d’une autre marque ?

Damien : On a visité toutes les coopératives du Maroc car nous souhaitions travailler avec des producteurs artisanaux. Nous avons fait le tri pour n’en retenir qu’une, à Aït Baha au sud-est du Maroc, parce qu’existait là-bas un processus de fabrication particulièrement intéressant en plus de leur terroir : quelques dizaines de milliers d’arbres uniquement, ce qui est une très petite surface. On n’a donc pas du tout les mêmes fruits que quelques centaines de kilomètres plus au nord, vers Essaouira. Les fruits sont différents : habituellement, ces derniers sont ramassés par terre après avoir été digérés par le bétail ; dans notre coopérative, les fruits sont récoltés directement sur l’arbre ; on s’appuie également sur un processus de double concassage : on enlève d’abord la pulpe puis la noix, celle que l’on voit souvent sur les images ; cela a le mérite de pouvoir préserver le fruit de toute forme d’oxydation et donc de ne pas avoir une huile trop grasse ni malodorante en fin de processus. (ndlr : ça évite notamment à l’huile de fouetter le cul de chèvre, ce qui peut être un inconvénient quand on s’en tartine le visage…)

 

Concassage noix argan interview Melchior & Balthazar biotifullpeople

 

Biotifullpeople : Vous mettez un point d’honneur à ce que vos produits soient éthiques et équitables. Qu’est-ce que cela signifie véritablement pour vous et comment arrivez-vous à contrôler que vos exigences soient bien respectées ?

Damien : Nos produits sont certifiés Ecocert et répondent donc à un cahier des charges bio et écologique. Le verre de nos flacons vient de productions françaises ou européennes et on vérifie et que nos produits soient fabriqués dans de bonnes conditions. En ce qui concerne l’éthique, nous n’avons pas de certification spécifique mais nous avons créé notre propre référentiel, auquel nous nous tenons rigoureusement.

Biotifullpeople : Vous associez des consommatrices à la création de vos cosmétiques. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le Launch Lab ? En quoi cela consiste-t-il et qui peut en faire partie ? (MOI, J’EN FAIS PARTIE ! MOI, J’EN FAIS PARTIE !!)

Damien : C’est un groupe de personnes, toutes intéressées par la cosmétique, qui désirent participer à la création de produits, au lancement d’idées et grâce à elles, une certaine dynamique s’est installée. Le but, c’était également de rendre transparentes les étapes de création des produits, de ne pas avoir une crème, par exemple, qui ne réponde qu’à des impératifs marketing mais d’avoir des personnes qui se sentent davantage instigatrices du projet. Cette dimension collaborative est très importante pour nous.

 

launch lab Melchior & Balthazar interview biotifullpeople
Launch Lab en août 2016, avec Damien et plein de « crèmes tests » à essayer !

 

Biotifullpeople : C’est une chose à laquelle vous avez réfléchi dès le début, cette idée de collaboration ?

Damien : Non, c’est plutôt lié à la taille de l’entreprise qui est encore toute petite, familiale. On a constaté qu’il y avait des personnes qui souhaitaient s’investir avec nous, participer aux choix et cela a donc été mis en place dans un second temps.

Biotifullpeople : Où en est l’élaboration de votre gamme aux baies de Goji, que l’on attend avec impatience !

Damien : La crème aux baies de Goji est bientôt prête ! (ndlr : YOUHOUOUOUOUOU !!!) C’est un projet qui est né il y a deux ans et demi en allant chercher les baies dans une région productrice ; on a ensuite créé un processus d’extraction végétale puis on a dû l’industrialiser pour que ce soit possible d’extraire les actifs qui venaient des baies de Goji à échelle industrielle ; il a fallu également objectiver l’action de cet extrait en laboratoire en regardant l’effet que l’on pouvait obtenir sur les kératinocytes (qui sont de petites cellules de peau) en terme de potentiel anti-oxydant. Cela représente à chaque fois plusieurs mois de recherche. L’avantage, c’est que cela nous permet d’avoir une exclusivité, notamment en ce qui concerne le concept. Et l’on va obtenir des produits qui couvrent les indications conventionnelles : on attend au quotidien un effet sur la prévention du stress oxydatif (c’est-à-dire tout ce qui peut contribuer à accélérer le vieillissement). On a inventé aussi des textures pour 3 produits : une crème jour soin global/ protecteur, un contour des yeux jour et un sérum réparateur nuit. Nous en sommes à la phase de finalisation des exemplaires finaux.  Je pense que d’ici juillet, tout sera prêt (ndlr : RE-YOUHOUHOUHOUHOU !!!) .

 

baies de Goji Melchior & Balthazar interview biotifullpeople

 

Biotifullpeople : Cette fois-ci, dans quel endroit du monde êtes-vous partis pour trouver vos  baies de Goji ?

Damien :  En Asie et plus particulièrement dans la région du Ningxia ; c’est presque un désert qui touche la Mongolie. C’est une région très sauvage où il n’y a pas grand chose; la densité de population y est très faible. Il y fait relativement froid et les conditions sont plutôt hostiles pour l’homme. Mais les baies ont besoin de  cette alternance de périodes d’ensoleillement important et de froid intense pour offrir toutes leurs qualités.

(ndlr : attention, c’est la minute géographique du blog !…

 

Y’a quelqu’un… qu’un… qu’un…?…)

Biotifullpeople : Et pourquoi la baie de Goji dans une crème ?

Damien : C’est parti de la lecture d’une étude publiée par l’université de Stanford au début des années 2010 et qui montrait l’activité d’un principe actif que l’on retrouvait uniquement dans ce fruit.

Biotifullpeople : Et donc cette baie est assez dosée dans votre formule pour qu’elle soit efficace ? 

Damien : Les extraits de baie de Goji sont à 4% dans nos produits. Ce pourcentage fait partie des concentrations supérieures que l’on peut trouver dans un cosmétique pour un extrait végétal. Mais nos crème et sérum s’appuient également sur d’autres ingrédients qui sont reconnus pour leur activité.

Biotifullpeople : Quels sont ces ingrédients ?

Damien : L’Aquaxyl * et le Sepilift**  par exemple. Ce sont déjà des noms commerciaux qui ont été créés et qui comprennent plusieurs ingrédients dans l’INCI ; ils vont avoir des fonctions permettant de préserver l’organisation des différentes couches de la peau.

Biotifullpeople : Mais malgré leur nom commercial, rassurez-nous, cela reste bien des ingrédients naturels ? 

Damien : Oui, tout à fait. Ce sont des ingrédients très simples sur lesquels on a déjà objectivé une action.

Biotifullpeople : Pour vous, quel serait l’aboutissement suprême de votre marque ? Jusqu’où voulez-vous aller ? Avez-vous d’autres projets après la gamme aux baies de Goji ?

Damien : L’idée est de continuer l’exploration, de découvrir des pistes intéressantes dans les traditions ou les pharmacopées de pays pouvant avoir une application en cosmétologie. Nous voulons créer des extraits ou des principes actifs afin de les intégrer à un produit qui soit entièrement naturel sans mettre de côté le glamour qui plait aux utilisateurs et utilisatrices habitués notamment à l’offre conventionnelle. Nous voulons être capables de leur offrir un choix à la fois alternatif tout en restant très efficace.

Biotifullpeople : Donc en Chine, les baies de Goji, au Maroc, l’argan…

Damien : Oui, on pourrait tout à fait partir maintenant en Amérique du Sud pour découvrir des principes actifs de l’Amazonie par exemple en partant de produits très qualitatifs et bruts. C’est notre objectif pour les années à venir !

Biotifullpeople : Merci beaucoup, Damien ! Hihihihihihihihi (re-rire bête…)

 

etoile Melchior&Balthazar interview biotifullpeople

 

Voilà ! J’espère que cette interview vous permet maintenant de comprendre pourquoi les prix de l’huile par exemple, sont plus élevés que si vous achetez de l’argan en grande surface. Et en même temps, 39€ pour 50 ml, ça ne me semble pas excessif car à moins de la boire ou de se laver les dents avec, il faut très peu de produit pour qu’il soit efficace en une utilisation. Personnellement, je rachèterai notamment le petit roll-on contour des yeux dont je vous avais parlé ici. La finesse de cette huile est un bonheur à appliquer…

 

Premières impressions sur la Gamme Goji

 

 

Gamme Goji serum crème Melchior&Balthazar interviex biotifullpeople
La crème, rose, sera vendue en pot et le sérum, en blanc, dans un flacon airless

 

Je ne l’ai pas encore testée car j’ai encore des produits à terminer pour le matin et le soir. De plus, j’avoue que j’ai vraiment du mal, depuis que je fais mon oléogel, à repasser à de la crème pour la journée. En revanche, comme je suis au bout de mon sérum huileux pour le soir, je testerai la gamme Goji pour la nuit, même si la crème est plutôt conseillée pour le matin.

Alors en même temps, j’ai juste essayé de voir ce que ça donnait sur la main ainsi qu’une ou deux fois le matin et le soir par curiosité et voici ce que je peux vous dire :

  • l’odeur est agréable, très douce et pas du tout entêtante. Je la trouve parfaite, notamment si l’on met le sérum avant d’aller se coucher, elle a un côté réconfortant, très hummmm-je-vais-me-glisser-bien-au-chaud-sous-ma-couette-moi-et-faire-un-gros-dodo-!
  • les textures sont agréables sur la main : ni la crème, ni le sérum ne laissent un effet gras. Elles pénètrent parfaitement, notamment pour le sérum que je n’ai pas pu m’empêcher d’essayer un soir. Je ne sais pas ce que cela peut donner sur une peau sèche mais sur ma peau mixte, j’ai trouvé que la texture était vraiment de celles que j’attends d’un soin visage : elle donne un fini « peau veloutée ».

 

Gamme Goji creme serum Melchior&Balthazar interview biotifullpeople
Le sérum, blanc et plus translucide au premier plan. On voit bien que la crème, rosée, est un peu plus épaisse.

Je vais donc tester mes échantillons sur plusieurs jours (je ne sais pas si je pourrai dépasser 2 semaines avec, on verra bien) mais je vous tiens au courant dès que je suis arrivée au bout, sachant que pour savoir si les effets sont notables sur la peau, il faut au minimum un mois pour se faire un avis qui tienne un peu la route.

Je précise également que cet article n’est absolument pas sponsorisé (comme aucun de ceux qui ont été publiés jusqu’à présent, d’ailleurs). C’est juste que je suis convaincue de la qualité des produits de Melchior&Balthazar ;  je trouve que les créateurs sont pleins d’une bonne volonté et d’une énergie incroyables, et qu’ils veulent réellement faire le mieux possible afin de proposer des produits de grande qualité tout en restant raisonnables niveau prix. Cela mérite d’être souligné.

Et je pense qu’un jour, je me laisserai aussi tenter par la bougie et le savon saponifié à froid à l’ambre. J’adore l’odeur de l’ambre, que voulez-vous…

 

 

*l’Aquaxyl est un actif qui permet de maintenir une bonne hydratation des couches supérieures de l’épiderme.

**le Sepilift est un ingrédient raffermissant, stimulateur de collagène.

 

Pour info, les photos ont été prises sur le site et la page FB de Jour de vélo, avec leur autorisation, car comme j’avais laissé mon cerveau à la maison, je suis rentrée chez moi en oubliant d’en prendre ! Et c’est Damien qui m’a autorisé à utiliser ses clichés pour la marque (sauf ceux de la crème et du sérum). Oui, oui, je suis un boulet…

 

Sources :

http://www.indr.lu/LABEL-ESR/Objectifs-principes

http://www.agrobiobase.com/fr/annuaire/bioproduits/hygiene-sante-beaute/aquaxyl

https://www.seppic.com/fr/sepilift-dphp

 

 

 

 

2 thoughts on “L’interview Melchior & Balthazar !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s