L’arme fatale anti-boutons 2 (Le retour)

Pour être honnête, ça fait des semaines que je suis sur un article qui me prend vachement de temps notamment à cause des recherches qu’il me demande.

Donc, je me disais que j’allais écrire un petit truc rapide (vous me croyez ?) mais sympathique sur les nouvelles huiles essentielles que j’ai utilisées pour faire partir les bubons qui s’étaient installés de chaque côté de ma bouche il y a 15 jours. Nan mais la mocheté du truc !! Je me suis tâtée pour prendre des photos afin que vous puissiez vous rendre compte de la cata mais ma dignité a pris le dessus et j’ai reculé à la dernière minute… Alors je vais être obligée de vous décrire l’affaire et je laisse votre imagination faire le reste : ce sont des boutons un peu isolés, rouges, qui donnent l’impression de pousser sous la peau et de ne jamais vouloir sortir ; comme s’ils poussaient en interne. Et ils font mal. Et ils grossissent à vue d’oeil. Beuk beurk beurk.

Je dois dire que dans ces cas-là, mon tandem niaouli/ lavande vraie ne fait malheureusement pas le poids. J’ai donc dû changer mon fusil d’épaule : j’ai fouiné dans mes bouquins et j’ai relu la petite recette anti-acné donnée par Danièle Festy dans son livre Ma Bible des Huiles essentielles.

Danièle Festy biotifullpeople
ZE Baïbeul

Dani (depuis le temps que je feuillette son bouquin, j’ai presque l’impression qu’on est super copines alors je l’appelle par son p’tit nom)  conseille de mélanger les HE de tea tree, de lavande aspic, de girofle et de laurier noble.

Je m’en suis donc inspirée pour faire un mélange de certaines de ces huiles essentielles, auxquelles j’ai rajouté des huiles végétales. Alors attention, tu ne t’en tartines pas joyeusement jusqu’aux aisselles : ça s’applique localement, sur le bouton et c’est tout, sachant que 2 à 3 fois par jour serait l’idéal.

La recette

  • 1 goutte d’HE de manuka :

manuka biotifullpeople

à la fois anti-bactérienne et cicatrisante, il paraîtrait qu’elle serait beaucoup plus puissante que l’arbre à thé (tea tree), par laquelle je l’ai remplacé, puisque de toute manière ce dernier n’a pas grand effet sur moi, mis à part pour lutter contre le cuir chevelu qui gratte (c’est le festival du glamour, aujourd’hui…) ;

  • 1 goutte d’HE de lavande aspic, très bonne pour soigner les problèmes de peau et particulièrement cicatrisante ; à noter qu’il vaut mieux en prendre une d’origine française car elle est de meilleure qualité que celles qui viennent du Maroc, du Portugal ou d’Espagne. Les aromathérapeutes n’ont rien contre ces trois pays en particulier, c’est juste que la teneur en camphre de la lavande aspic est beaucoup plus élevée quand elle vient de chez eux. Or le camphre peut avoir des effets indésirables à forte dose (irritations et brûlures) ;

lavande aspic biotifullpeople

  • 1 goutte d’HE de girofle pour ses qualités antibactériennes et antiseptiques.

girofle biotifullpeopleMais attention, cette huile essentielle très puissante, ne doit pas être utilisée plus d’une semaine ;

  • 1 goutte d’HE de laurier noble : très antibactérienne,  elle ne doit cependant être utilisée qu’à faible dose afin d’éviter le surdosage et les allergies.

laurier noble biotifullpeople

 

En me relisant, je me rends compte que vous allez peut-être flipper en lisant qu’il faut faire attention au camphre, au girofle et au laurier noble. Je ne voudrais pas que vous vous disiez : « Entre le bouton et la brûlure au 3ème degré, attends que je réfléchisse… hummmmm… je pense que je vais rester sur le bouton finalement ! »

Alors je m’explique : ces HE ne sont pas anodines mais je rappelle qu’on n’en met pas 3 tonnes non plus ! Avec une goutte de chaque, vous en avez pour au moins 2 utilisations, notamment lorsqu’elles sont diluées avec les huiles végétales dont je vais vous parler. On en met peu mais on masse de façon à bien faire pénétrer. De plus, comme pour tout nouveau produit (je pense que vous ne devez pas le faire souvent… mais moi non plus ceci dit), on fait un essai dans le creux du coude par exemple et on attend de voir si on réagit avant de se lancer. Enfin, il ne s’agit pas d’un traitement de longue durée mais d’un traitement ponctuel. Une fois que les boutons ont disparu, on ne s’en remet pas un peu tous les jours en prévention (« Tiens, si je me faisais une petite tasse de laurier noble, ce matin,  avec mes tartines ? », « Georgette, tu reprendras bien un peu de laurier noble avec tes pâtes ? » ).

Ces recommandations faites, passons à la suite.

J’ai ajouté à cette synergie (langage de pro !)

  • 1 goutte d’huile végétale de nigelle (ou cumin noir), réputée pour lutter contre les problèmes de peaux ; elle était utilisée dans l’Egypte antique pour ses propriétés anti-inflammatoires et régénérantes. Ce qui fait sa particularité, c’est que contrairement aux huiles végétales classiques, elle contient de l’huile essentielle de nigelle, ce qui en accentue les qualités ;
  • 1 goutte de macérât huileux de calendula (j’ai expliqué la différence entre le macérât et l’huile végétale ici), cicatrisant et anti-inflammatoire, pour éviter de me retrouver avec de grosses croûtasses quand le bubon allait sécher.

 

Le résultat

Dès le lendemain, l’inflammation s’est réduite et cela s’est confirmé les jours suivants. En 4-5 jours, plus mal du tout, bouton dégonflé comme une baudruche qui fait pschiiiit, alors que d’habitude, je traîne ça pendant au moins 10 jours.

Maintenant, place au rêve…

Comme l’après est quand même moins dégueu que l’avant , j’ai quand même fait un point-photo-lumière-de-la-morgue, comme à mon habitude…

Le bouton de gauche a été traité avec la recette ci-dessus à la suite de 5 jours de mon traitement lavande vraie / niaouli qui n’avait pas eu d’effet. Celui de droite, étant apparu quelques jours après, a été traité immédiatement avec . Il a donc rapetissé dans la foulée alors que le premier avait eu le temps de prendre ses aises, de sortir la chaise longue et le punch coco (il est d’un sans-gêne, j’te jure !). J’ai trouvé ce petit mélange bien efficace et je le garde sous le coude pour la prochaine invasion des Bubons Mutants. ça va dégainer sec, je te le dis !  Je sors direct l’artillerie lourde et je fonce dans le tas !

Voilà, c’est DEJA fini !!! Tu y crois à ça ?!! Allez, profite de la rapidité de l’article ; dans le prochain, tu auras à nouveau besoin de ton jour de RTT pour arriver au bout !

4 thoughts on “L’arme fatale anti-boutons 2 (Le retour)

  1. J’ai juste envie de t’acheter un flacon direct parce que là, je te jure que si tu vois mon menton … Help. Et rdv dermato que le 13 juin.

    J'aime

    1. Je compatis…Le dermato, c’est bien pour poser un diagnostic, quand même (quelqu’un qui a fait des études de médecine, c’est utile, on ne va pas le nier!). Bon, j’avoue que pour ce qui concerne les boutons, j’ai laissé tomber les traitements médicamenteux parce que la mienne avait un discours très conventionnel qui sentait plus le labo pharmaceutique que la vraie réflexion dermatologique. Et il s’agissait davantage de traiter plutôt que de voir en amont ce qui n’allait pas. Mais en ce qui concerne la surveillance des grains de beauté, en revanche, je l’écoute les yeux fermés (et les oreilles grandes ouvertes!). Le naturel ne peut pas tout traiter non plus… J’espère qu’elle te trouvera un traitement efficace en tout cas !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s