Et la lumière fut : comprendre la liste INCI

N’aie pas peur. Je sais qu’à la lecture du titre, tu t’es dit : « Ouhlaaa…ça va me saouler cette histoire d’INCI-ch’sais-pas-trop-quoi… » Mais je peux te dire qu’une fois cet article lu, tu ne regarderas plus ton sérum anti-âge de la même façon. Jamais.

J’ai pris deux exemples hyper parlants, j’ai mis de la couleur et simplifié le message. On va aller à l’essentiel, non pas parce que je pense que vous avez un QI de poisson rouge mais parce que j’ai dans mon entourage pas mal de copines qui, comme vous peut-être, fuient dès qu’on commence à parler ingrédients, et ce pour des raisons diverses : au pire, ça les fait flipper ; au mieux, ça ne les intéresse pas, mais alors pas du tout, et je sens bien que la question qui leur brûle les lèvres finalement, c’est : « Oui, d’accord, la compo est meilleure…Mais c’est EFFICACE ou pas ?? » Bouge pas, j’arrive.

L’idée m’est venue de vous parler de la liste INCI parce que j’ai récemment fait une petite « consultation » à quelqu’un de mon entourage qui souhaitait changer ses cosmétiques car elle ne les trouvait pas hyper efficaces. C’est une personne d’une cinquantaine d’années, à la peau plutôt sèche et qui désirait repulper sa peau tout en la nourrissant. Elle n’est pas du tout versée dans le bio ni dans le naturel mais est prête à changer ses habitudes si l’efficacité est au rendez-vous. Je lui ai donc fait remplir un questionnaire assez précis sur son type de peau et les cosmétiques qu’elle utilisait jusqu’à présent. Dans le lot, il y avait un produit (je reste volontairement vague) de parfumerie, très cher (plus de 80€ les 30 ml…). Un de ses arguments marketing consiste dans les nombreux  extraits de plantes qui le composent ; n’importe quelle consommatrice se dit donc, rassurée : je mets un produit dont la composition doit être très bonne grâce à tous ces actifs végétaux , cela va donc être d’autant plus efficace. Et je paye le prix car tout cela doit être rare et cher.

J’ai donc commencé notre rendez-vous en  faisant faire à cette personne une petite analyse de la liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) que voici :

biotifullpeople-blog_beaute_au_naturel-0021

« AAAAAAAAAARRRRGHHHHHHHH!!!! »

J’imagine  que c’est le cri que vous devez être en train de pousser en regardant  cette liste de noms un peu rébarbative, comme ça, là, tout de suite, à jeun. Alors que moi, sans rire, je frétille d’aise, je saute, telle une gazelle, de pierre en pierre (??!!…). Que voulez-vous, j’adore ça, décrypter les compos… Mais ce qui me met surtout en joie, c’est de vous faire comprendre qu’avec deux-trois clés, cette liste devient LUMINEUSE !  C’est la raison pour laquelle, sans rentrer dans le détail de tous les ingrédients, nous allons en pointer juste quelques uns afin de comprendre pourquoi ce produit n’est ni très efficace, ni très bon pour la santé et surtout beaucoup trop cher.

  • démarrons avec le phénoxyéthanol , entouré en rose sur la liste. C’est un des  conservateurs les plus utilisés en cosmétique. Faites un test si vous n’êtes pas encore passé(e) au bio et regardez dans votre salle de bain s’il n’apparaît pas dans vos produits. Pour info, son efficacité est tellement grande qu’il est utilisé dans bien d’autres domaines que l’hygiène et les cosmétiques : il permet de conserver également les produits d’entretien ou les liquides de refroidissement, entre autres…

J’ai jeté un coup d’oeil pour vous au rapport de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de Santé), intitulé « Evaluation du risque lié à l’utilisation du phenoxyethanol dans les produits cosmetiques » et datant de mai 2012 (ne me remerciez pas…). Pour une lecture d’été sur la plage, c’est pas l’idéal, mais pour avoir deux-trois infos un peu sérieuses, il n’y a pas à dire, c’est un bon plan. Donc, j ai relevé, parmi les nombreux résultats de tests et la montagne de chiffres, quelques idées à retenir :

– les tests in vitro ont montré que le phénoxyéthanol pénétrait rapidement et facilement la peau, même lorsque celle-ci était rincée ;

– des études sur les rats et les lapins ont montré qu’il est « suspecté d’entraîner des effets toxiques sur la reproduction et sur le développement à des doses toxiques pour les mères.  » ;

– il a des effets néfastes sur le foie et le sang ;

– et la conclusion du rapport, c’est que chez l’adulte, le taux « acceptable » (je vous laisse juges du choix de l’adjectif…) dans un produit ne doit pas être supérieur à 1%, mais chez l’enfant de moins de 3 ans, ce taux descend à 0,4% et il est même interdit dans tous les produits pour le siège (les fesses, hein? Pas le fauteuil en velours de tante Henriette dont tu as hérité grâce à la succession…)

Voilà voilà…

Admettons maintenant que vous n’en ayez rien à faire de votre santé (et vous en avez le droit), que les études in vivoin vitro, jaitrocho et grattmoildo vous laissent totalement froid(e)s , je dégaine alors mon 2ème argument (héhé…).

Si l’on part du principe que le phénoxyéthanol ne peut dépasser 1% de votre crème  (et c’est un grand maximum) , ça signifie que tous les ingrédients qui apparaissent après sont dosés à moins de 1%, vous me suivez ? Retournons à la liste INCI…

Oooooh!!! mais qu’est-ce que je vois ??? Tous les ingrédients d’origine naturelle, que j’ai surlignés en jaune, ils apparaissent où ?… APRES LE PHENOXYETHANOL !!!!

Conclusion : notre super produit qui met en avant tous les merveilleux actifs qui vont vous permettre de retrouver une peau incroyable de jeunesse, lisse, tellement repulpée que ton doigt, il fait « doing, doing » à force de rebondir dessus, eh bien il leur fait en réalité une place infime ! Ah, ah !! Ça rigole moins, hein??

  • allez, je t’achève (c’est cadeau). Tu te rappelles du prix de mon super produit ? Tu te dis alors : qu’est-ce qui justifie donc de le payer payer plus de 80€?? Eh bien je vais te le dire…RIEN!

 

Explications. Remontons au-dessus du phénoxyethanol. Le 3ème ingrédient porte le doux nom  de « paraffinum liquidum ». On a trop de chance en plus, il est traduit en 3 langues pour qu’on n’ait vraiment aucun doute. On en avait déjà un peu parlé ici et c’est vraiment l’ingrédient qui ne sert à rien. C’est une huile qui est issue du pétrole ou des déchets issus du processus de raffinage. Alors bien évidemment, avant d’être utilisée en cosmétique, elle est nettoyée, elle ne sent plus le sans plomb 98, bref, elle est rendue « propre ». Mais elle se contente de laisser un film sur la peau qui, mis à part le fait d’éviter à l’eau de s’évaporer (c’est déjà pas mal tu me diras) n’a absolument aucun effet sur le long terme. Au contraire, son caractère occlusif (c’est comme si tu mettais un film plastique sur le visage en gros) peut avoir pour conséquence de te faire bourgeonner car tes pores risquent de se boucher davantage si tu as tendance à avoir des boutons.

Une dernière pour la route (tu vas voir, tu vas rigoler) : c’est une des huiles les moins chères du marché !!!

Je résume donc : le paraffinum liquidum n’est pas un actif, il vient du pétrole et il est bon marché : 3 alignés, c’est gagné ! Et si je n’étais vraiment pas sympa, j’ajouterais même qu’on s’en sert comme lubrifiant dans l’huile de moteur…Mais bon, j’ai un coeur, quand même, je ne voudrais pas que tu te précipites dans ta salle de bain pour vérifier si tu as de l’huile minérale dans ta crème de nuit…

 

Je vous épargne l’analyse de tous les autres ingrédients, non seulement parce que vous risquez de vous endormir, mais encore parce qu’il n’y a pas grand-chose de miraculeux : du synthétique et un peu d’hydratant, pas de quoi se taper les fesses par terre.

Maintenant, pour aller au bout de la logique, on va comparer cette liste INCI avec celle d’une autre crème anti-âge mais dont les ingrédients sont vraiment naturels cette fois, celle de PAI Skincare, vipérine et macadamia, pour les peaux sèches et matures.

Pai macadamia vipérine

PAI INCI word 2

J’ai surligné également en jaune tous les ingrédients naturels et donc véritablement actifs. Et là, on se rend compte que ces derniers apparaissent tout au long de la liste et notamment dès les six premiers, après l’eau : l’huile de noyau d’abricot, de macadamia, de carthame ou encore le beurre de karité. Le conservateur, le tocophérol (entouré en rose), est d’origine naturelle, c’est de la vitamine E et cerise sur le gâteau : c’est bon pour la peau puisque c’est un anti-âge très efficace.

Ce que je n’ai pas souligné : les alcools gras d’origine naturelle, les huiles estérifiées (des dérivés d’huiles naturelles que l’on a transformées), sachant que ce ne sont pas des ingrédients douteux.

Alors ?? Vous en pensez quoi ?

Entendons-nous bien : je ne suis pas en train de faire l’apologie du naturel pour le naturel. Je dis juste que :

– quitte à mettre quotidiennement sur sa peau un truc pas efficace (je n’ai pas dit que TOUTES les crèmes bio étaient génialissimes et on peut tout à fait ne pas être satisfait de son produit naturel), autant qu’il ne me donne pas davantage de boutons ou qu’il n’ait pas un impact sur ma santé ;

– si l’on cherche l’efficacité, autant privilégier une marque qui mette en avant ses actifs dans sa composition et pas seulement dans son message marketing ;

– si les conservateurs naturels ET efficaces existent, pourquoi ne les utilise-t-on pas de manière généralisée ?

Enfin, et c’est vrai que là, c’est un peu mon cheval de bataille, si rien ne pose problème en terme d’impact sur la santé, c’est quand même pas mal, non ?  Pourquoi n’y aurait-il que les enfants qui auraient droit à des pourcentages d’ingrédients douteux « acceptables »?…Et surtout, ne mérite-t-on pas tous de consommer sain sans se balader avec son Dico des ingrédients sur soi ?

Je vous laisse deviner ce qu’a choisi notre consommatrice de marques de parfumerie du début de l’article…

Sources :

http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/0b46fedc079e8bb174a40b7b6f16d04c.pdf

http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/0b46fedc079e8bb174a40b7b6f16d04c.pdf

http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/0b46fedc079e8bb174a40b7b6f16d04c.pdf

2 thoughts on “Et la lumière fut : comprendre la liste INCI

  1. Suite à la lecture de cet article, je me sens un peu comme l’asphalte baigné de pétrole, dans les stations services. Je pense à cette flaque pré-éxistante que tu ne vas pas tarder à alimenter d’ailleurs, que tu n’as pas vue et dans laquelle tu piétines depuis un moment, les yeux rivés à la fois sur ton réservoir mais aussi sur la somme qui monte de plus en plus, au centime près.Tu risques de glisser. Bref, je m’égare, mais la composition de la première crème est loin d’être rassurante, arghhh, limite j’ai peur maintenant ! Est-on en train de s’asperger avec le tuyau de la station service, de la tête aux pieds ?Le marketing n’est pas un point qui me séduit, mais la composition des crèmes, j’avoue que je ne m’y suis jamais collée. Il va peut être falloir, n’est-ce pas ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s